Robert Manzon, doyen des pilotes des 24 Heures, n'est plus

Catégorie : Auto, Nécrologie

Robert Manzon, membre du Hall of Fame des pilotes des 24 Heures du Mans et doyen des français ayant pris part à l’épreuve s’est éteint hier à l’âge de 97 ans. A sa famille et à ses proches, l’Automobile Club de l’Ouest présente ses plus sincères condoléances. 
Robert Manzon, doyen des pilotes français, est décédé lundi 19 janvier dans sa maison de Cassis (Bouches-du-Rhône). Dernier rescapé de la toute première saison de Championnat du Monde de F1 (1950), le pilote né à Marseille le 12 avril 1917, participa à six reprises aux 24 Heures du Mans entre 1950 et 1956.
Le nom de Robert Manzon est largement associé à l'épopée Gordini, que ce soit en F1 ou en endurance. Repéré par Amédée Gordini, il prend ainsi part au Grand Prix de Monaco 1950, devenant l'un des "mousquetaires" de la marque française avec Maurice Trintignant, Jean Behra et André Simon.

Malgré une pointe de vitesse reconnue et une solide expertise technique, ses résultats en course sont souvent décevants par manque de fiabilité de ses mécaniques.
Ainsi, en six participations aux 24 Heures du Mans, il ne franchira jamais la ligne d'arrivée, trahi par sa voiture. C'est en 1952, avec Jean Behra, qu'il connaîtra son heure de gloire, tenant tête aux Talbot et Mercedes pendant près de la moitié de la course. Sa Simca-Gordini T15S menait la course avec un tour d'avance lorsque Manzon dut rentrer aux stands, les freins ayant lâché.

Après avoir perdu une roue à plusieurs reprises en F1, ce pilote de caractère claque la porte de Gordini et prend le départ des 24 Heures du Mans sur Lancia (avec Louis Chiron) en 1953 puis Ferrari (en compagnie de Louis Rosier) en 1954. Des soucis de moteur en 1953 puis de boîte de vitesses en 1954 mettent fin à ses espoirs de succès. Il revient une dernière fois au Mans en 1956 avec une Gordini T15S vieillissante dont l'embrayage rendra l'âme rapidement.

Il met un terme à sa carrière sportive la même année, se consacrant ensuite à sa concession Renault.

Le mercredi 12 juin 2013 à Marseille, très ému, il est intronisé dans le Hall of Fame des pilotes des 24 Heures du Mans par Gérard Larrousse, Président du Club International des Pilotes en présence de Jean Guichet (vainqueur en 1964) et avec lequel il disputa la course en 1956.

Pierre Fillon, Président de l’Automobile Club de l’Ouest : « Une page de l’histoire du sport automobile français se tourne avec la disparition de Robert Manzon peu après celle d’un autre héros de notre passion, Jean-Pierre Beltoise. Robert Manzon était un immense pilote doté d’un caractère de fer. Lors de son intronisation dans le Hall of Fame des pilotes des 24 Heures du Mans, il était revenu avec gouaille et ferveur sur son abandon de 1952. Gordini avait décidé d’arrêter sa voiture privée de freins ; il demanda du coup la permission de faire le record du tour ne voyant pas l’utilité de freiner dans cet exercice ! L’Automobile Club de l’Ouest était particulièrement honoré qu’il ait accepté en juin 2013 d’intégrer ce cercle très fermé pour ses exploits, son talent et l’attachement immense qu’il portait aux 24 Heures du Mans dont il était l’un des plus grands ambassadeurs. »